Renaud et poésie

06 juillet 2019

La vache folle ou l'homme cinglé?

vache qui pleure

Derrière la vache à hublot et la vache folle se cache l'homme dément et dangereux

 

 

Autrefois, image bucolique

Dans les champs la vache allait

Entre les bouses et les colchiques

De la bonne herbe elle broutait

 

Au printemps qu'elle était belle

Notre vache quand elle vêlait

Son p' tit veau blotti sous elle

Entre ses pis se faufilait

 

L' voyant bondir dans les herbages

Elle est  bien heureuse et sourit

Sans vouloir en faire un fromage

Dieu que c'est beau une vache qui rit !

 

Le fermier pouvait boire des pintes

Le lait était bon et sucré

La vie s’écoulait sans contrainte

Le bonheur était dans le pré

 

L'homme et les animaux vivaient de la nature

Rythmaient leur existence à son calendrier

Nos braves paysans avaient pour seuls augures

Les multiples dictons devenus familiers:

 

Ainsi:

«S'il naît à la Sainte Gudule

L' ptit veau aura des testicules

Mais s'il vient à la Saint Gaston

Il n'aura point de roustons»

 

Encore:

«Quand il fait beau à la Saint Brice

À Pâques il pleut comme vache qui pisse

Et s'il vente à la Saint Gilbert

Le lait caillera tout l'hiver»

 

 Également:

«Si à la sainte Catherine

La vache se lèche les babines

Assurément à la Saint Fernand

Elle sera Gros-Jean comme devant»

 

De même:

«Pour peu qu' à la Sainte Luce

La vache saute comme une puce

C’est sûr qu’à la saint Baudoin

L’ taureau la prendra sur du foin»

 

Ainsi bercée par les proverbes

La vie s'écoulait tranquillement

La vache et son p' tit bouffaient d' l'herbe

Le lait coulait abondamment

 

Mais v' la t'y pas Germaine

Qu' à l’automne octante sept

Plus de lait au pis d’ façon soudaine

A tel point qu’on crût à un racket

 

Las nos fermiers au lieu d' se rappeler

Que quand elle meugle à la Saint Côme

Sans bouser à la saint Jérôme

Alors le lait arrête de couler

 

Et au lieu d' patiemment attendre la Saint Denis

Qui marque le grand retour du lait au pis

Ils se sont tournés dans leur panique

Vers les savants académiques

Dont l'un accoucha en coulisses

D'une véritable idée d' génisse.

 

«Depuis la création du monde

Qu'elle offre son lait à la ronde

La vache en fait est fatiguée

Lui faut d’ la bouffe vitaminée

Mais de vraies bonnes vitamines

Pour qu'elle retrouve sa bonne mine»

 

Répétait l'ingénieur cocasse.

«Faites moi confiance j' me décarcasse !»

«Des carcasses? Des carcasses !

J'en ai partout aux environs»

Bêla un éleveur de moutons

 

Or les vaches et les moutons

Tout du moins en apparence

Sont copains comme cochons

Ainsi que sexe et abstinence

 

Ils fréquentent les mêmes prairies

Sans la moindre zizanie

Il est donc bien naturel

Que leur soutien soit mutuel

 

Dans toute la France aussitôt

Le mouton fût mis en farine

La vache en mangea tant que bientôt

Elle en eût plein les narines

 

Quelle colossale erreur et funeste expérience

Où l' bon sens paysan fût omis par la science

Car c’est un 3 février que l’essai fût tenté

C’était à cette date une pure absurdité

Puisqu’en effet:

«Si la vache mange de la farine à la Saint Anatole

Un an plus tard la pauvre bête devient folle»

 

Homme, apprenti sorcier

Qu'as tu fais des adages?

Il fallait t’y plier

Ce quelque soit ton âge

Pour l'avoir orgueilleusement oublié

De la vache ou de toi qui reste prisonnier?

 

Reconnais tes erreurs

Respecte les ancêtres

La question du bonheur

Est «paître ou ne pas paître»

 

Relis le talisman des maximes anciennes

Et apprends les par cœur comme une vraie antienne

Alors même s'il faut que tu te les rabâches

Il fera à nouveau bon vivre sur le plancher des vaches

Car tu sauras que quand ça va de pis en pis à la Saint Edmond

Ça va toujours de meuh en meuh à la Saint Raymond

 

Fouchtra

 

 

Renaud MAUGEY le 6 juillet 2019

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 13:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 mai 2019

Haïkus

pivert 3

 

 

 

Blanche brume d'eau

Délicat drap sur l'étang

Fantôme qui dort

 

Papillon orange

Voltigeant de fleur en fleur

En pélerinage

 

Ballon de la lune

Posé sur un haut cyprès

Jaune bilboquet

 

Recroquevillé

Sur mon ventre, petit chat

Bouillotte d'amour

 

Voiles engrossées

Par l'ardeur du vent du soir

Aguichent la mer

 

Chant de l'alouette

Pâquerettes dans les prés

Le printemps est là

 

Rosée du matin

Sur la fleur qui s'éveille

Perle de bonheur

 

Murmure du vent

Cristallin rire de l'eau

Joyeux compagnons

 

Hirondelles jolies

Vos rondes arabesques

Fête pour les yeux

 

Sans bruit cygne blanc

Sur le lac pur et calme

Emporte mes rêves

 

Le vent sur les fleurs

Des cerisiers sauvages

Coton qui s'envole

 

Pic-vert sur son tronc

Tape cinq, sept et cinq fois

Sonore haïku

 

 

 

Renaud MAUGEY le 13 mai 2019

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 21:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 avril 2019

Les puces et les souris

souris 1

 

 

 

 

Les puces et les souris

Au cœur du Moyen-Âge

Semaient peste et soucis

D’après diseuses et mages

 

Lors dès potron-minet

Afin qu'on les apeure

Chacun avait minet

Au sein de sa demeure

 

Mais comme on le sait bien

Les puces sont sauteuses

Et sur les chats et chiens

Excellentes piqueuses

 

Le grattage est leur jeu

Et toutes y sont gagnantes

L’on crût donc en haut lieu

Qu'elles étaient savantes

 

Dès lors l'on s'arracha

Ces êtres plein d'astuce

Et l'on en fît achat

Sur le marché…aux puces

 

Quant aux petits rongeurs

Coursés par les minettes

Ils vivaient grand bonheur

Malgré pièges et tapettes

 

Car si quelques appâts

Provoquaient du veuvage

Peu de souris et rats

Repartaient sans fromage

 

L’homme fort dépité

Décida par vengeance

Que ces curiosités

Serviraient pour la science

 

 

C’est ainsi qu’il leur fait

Depuis des décennies

Des tests et des méfaits

Aux horreurs impunies

 

 Pour tenter d’échapper

A ce grand génocide

Elles apprirent à duper

Se faisant androïdes

 

 C'est fou mais c'est ainsi

Que pour raisons tragiques

Les puces et les souris

Devinrent électroniques

 

 Lors au lieu de mourir

Dans d’effroyables places

Elles ont su choisir

cybers et open spaces

 

 Et il est fascinant

Que ces chers parasites

Chassent dorénavant

Les virus sur nos sites

 

 Nous en avons besoin

Elles nous sont précieuses

Elles travaillent bien

Sans être rancuneuses

 

 Il est réconfortant

Que nous dépendions d’elles

Après tant, tant et tant

De pratiques cruelles

 

 C'est pourquoi je souris

Quand le soir je regarde

Ma puce et ma souris

Monter la sauvegarde

 

 

Moralité:

 

 

L’homme apprenti sorcier

Voit son intelligence

Hélas se déprécier

Par ses viles errances

 

 Au lieu de respecter

Toutes les créatures

Il les fait transmuter

Et il se dénature

 

 

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 14 avril 2019

 

 

 

 




Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile. Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 21:46 - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 mars 2019

À nos morts pour la France

Bleuets 2

 

 

Pauvres soldats tombés au triste champ d’honneur

Vous êtes les héros, sauveurs de la patrie

Hélas vos noms sacrés, par le temps moissonneur,

S’effacent lentement sur vos croix défraîchies

 

Vous deviendrez bientôt anonymes, inconnus

Alors que vous avez donné à notre France:

Vos vingt ans, vos amours, vos rêves ingénus

Et subi vaillamment mille et une souffrances

 

Vous nous avez rendu la paix, la liberté

L’espoir en l’avenir et le bonheur de vivre

Las vous êtes sous terre à perpétuité

Et ne saurez jamais les plaisirs qui enivrent

 

Mais si les années passent et amènent l’oubli

Car l'homme est sans mémoire, il est des fleurs sauvages

Qui glorifient vos cœurs sous elles ensevelis

Et qui veillent sur vous en un champêtre hommage

 

Elles ont les couleurs de notre beau drapeau

L’une bleue, l’autre blanche et la troisième rouge

Elles dansent au printemps autour de vos tombeaux

Et l’on croit par moments que vos reliques bougent

 

C’est d’abord le bleuet, ce résumé des cieux

Qui scintille en plein jour pour vous telle une étoile

Ses lumineux clins d’œil, azurés, gracieux

Égayent de vos yeux le morne et sombre voile

 

C’est aussi le beau feu du virginal soleil

Flottant à l’apogée des grandes marguerites

Se courbant pour chauffer votre profond sommeil

Selon un immuable et symbolique rite

 

C’est enfin le léger et gai coquelicot

Qui a de votre sang choisi la belle teinte

Et sait vous apaiser quand il se fait pavot

Pour calmer vos douleurs et adoucir vos craintes

 

Ces belles fleurs des champs resteront pour toujours

Témoins de vos mérites et vos tendres amies

Vous survivrez par elles, emblèmes de l’amour,

Les âmes et la nature étant en alchimie

 

 

Renaud MAUGEY le 20 mars 2019

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

Posté par Renaud- à 19:15 - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 février 2019

voyage

voyage

 

 

 

 

LE VOYAGE LE PLUS LOINTAIN L'EST À L'INTÉRIEUR DE SOI

 

ANAÏS NIN

Posté par Renaud- à 20:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 décembre 2018

Blanche Neige

neige qui tombe 2

 

 

 

Jolies notes de silence

Les flocons éclosent et dansent

En légers petits chaussons

De satin et de coton

 

Délicats cristaux de glace

Ils se déplacent avec grâce

Annonçant dans les hameaux

Qu’il faut nourrir les oiseaux

 

Ils se suivent en cortège

En un céleste manège

L’ on dirait en les voyant

Un vol de papillons blancs

 

Ils toupillent et virevoltent

Comme un courant qui survolte

On voudrait les attraper

Mais ils savent s’ échapper

 

Parfois sur les toits ils glissent

Certains même rebondissent

Comme de joyeux lutins

Espiègles et cabotins

 

Parfois le vent les affole

Ils perdent alors la boussole

Volant un peu au hasard

Dans un vaporeux brouillard

 

Fatigués par leur voltige

Et pris dans un doux vertige

Ils se posent ça et là

Tissant un immense drap

 

Et bientôt leur blanche neige

De son grand duvet protège

La nature qui s’ endort

Sous cet apaisant décor

 

 

 

Renaud MAUGEY le 25 décembre 2018

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 11:40 - Commentaires [10] - Permalien [#]
30 novembre 2018

Dans le bois joli

bois joli 5

 

 

 

Dans le bois joli

Quand rêve l’automne

Les feuilles en musli

Volettent et floconnent

 

C’est leur dernier bal

En robe de brume

Habit fantomal

Brodé d’amertume

 

Leur lent menuet

Par moments s’affole

Rythmant un muet

Jeu de cabrioles

 

De brocart et d’or

En soie ou dentelle

Elles sont encor

Divinement belles

 

Les oiseaux charmés

Par cette magie

Croient voir costumés

D’élégants sosies

 

Ils s’élancent alors

Pour être en partage

Créant un décor

D’ ailes et de feuillage

 

En un beau tableau

Ils valsent et s’accolent

Puis le vent plumeau

S'agite, ils s’envolent

 

Dans le bois jauni

Reste le silence

Berçant près des nids

Les feuilles en dormance

 

 

 

Renaud MAUGEY le 30 novembre 2018

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 23:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 octobre 2018

Les bruits de la nuit

bruits nuit 1

 

 

 

Sur le grand clavier du silence la nuit joue la partition de ses bruits

familiers, inhabituels ou énigmatiques:

 

Des volets qui se ferment

Une moto qui passe

Un chien qui aboie

Un autre qui lui répond

Le balancier de l’horloge

Le plancher qui craque

Un hibou qui hulule

Une voiture qui s'arrête

Une portière qui s'ouvre

Quelques mots échangés

Des baisers qui s’ébruitent

La voiture qui redémarre

Le portail qui grince

Des pas dans l’escalier

Une clef qu’on tourne

La voisine qui rentre

Un crapaud qui coasse

Le vent dans les feuillages

Le frigidaire qui ronronne

Une souris au grenier

Un train dans le lointain

Le bar qui baisse son rideau

Un clochard éméché

Des fêtards attardés

Un chat qui miaule

La pluie contre la vitre

La gouttière qui gargouille

La chaudière qui s’assoupit

Le pin-pon des pompiers

Un enfant qui pleure

Un meuble qui bouge

Le frou-frou d’un fantôme

Un robinet qui goutte

Minuit sonne au clocher

Un air d’accordéon se perd

Les canaris gringottent

Le tic-tac de ton cœur

Qui me rassure et qui m'endort.....

 

 

 

Renaud MAUGEY le 30 Octobre 2018

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

Posté par Renaud- à 11:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 septembre 2018

Ah que je suis heureux

colombes 1

 

 

 

Ah que je suis heureux lorsque je viens surprendre

Au tain de ton miroir ton lumineux regard

Ses belles flammes blondes aux joyeux reflets d’ambre

Sont d’un plus bel éclat qu’un rayonnant quasar

 

Ah que je suis heureux quand je sens se répandre

Venant de tes cheveux d’exotiques parfums

Aux fragrances de miel, vanille ou palissandre

Apportées par les vents, la pluie et les embruns

 

Ah que je suis heureux lorsque je peux apprendre

Sur tes lèvres fleuries l’alphabet des baisers

Amignonner tes seins, colombes au rose tendre

Qui tels ces oiseaux blancs se laissent apprivoiser

 

Ah que je suis heureux lorsque je peux entendre

Le petit bruit charmant du tic-tac de ton cœur

Ce joli métronome a le don de me rendre

Apaisé et serein.Il m’emplit de bonheur

 

Ah que je suis heureux quand la nuit je peux prendre

Avant de m’endormir ta fine et douce main

Que blotti contre toi dans le nid de la chambre

Je m’envole en rêvant vers nos beaux lendemains

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 29 septembre 2018

 

 

 



Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile. Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 16:51 - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 août 2018

L'étang du Merlançon

étang 2

photo de Marie MAUGEY

 

 

 

Il est près de chez moi au cœur de la Corrèze

Un lieu de pur bonheur:l’étang du Merlançon.

Un collier de sapins, de hêtres et de mélèzes

Le cache et le protège en un bel unisson

 

Les sautillants ruisseaux venant de Millevaches

L’abreuvent d’une eau claire aux reflets enchanteurs

Joli méli-mélo d’aquarelles et de gouaches

Dont sa faune et sa flore accordent les couleurs

 

Du rose nymphéa au drosera orange

Du jaune des iris au petit fluteau blanc

Du vert des hautes herbes au bleu de la mésange

J’aime cet éventail qui va se dépliant

 

Oiseaux, poissons, insectes, en un joli manège

Volent, filent ou bien dansent entre le ciel et l’eau

Offrant des vocalises aux gracieux arpèges

Et des dessins mouvants dans les joncs et roseaux

 

Je vois moucheronner la lactescente ablette

Fouiller le fond de l’eau la brème et le goujon

Bondir de-ci de-là une grenouille verte

Et frétiller la truite au milieu des gardons

 

Sur un bas touradon couve une bécassine

Avec pour chaperon un fier héron cendré

Tandis que des colverts à la nage lutine

Muguettent une sarcelle au plumage azuré

 

Se balançant sans bruit sur une souple branche

Se prépare à plonger un gai martin-pêcheur

Son fulgurant départ de ce perchoir déclenche

L’envolée d’un bouvreuil et d’un pouillot siffleur

 

Par effet domino s’élancent une fauvette

Un essaim d’étourneaux, un pigeon colombin

Deux roitelets huppés, une bergeronnette

Et sous les frondaisons trois timides lapins

 

Je vois jouer au loin des loutrons et leur mère

Pendant que tourne en rond un goulu balbuzard

Son regard jaune vif fait déjà bonne chère

D’un serpent, d’un crapaud, d’un paresseux lézard

 

Lentement un chevreuil se rapproche de l’onde

Faisant fuir un renard qui s’y désaltérait

Observé en retrait par sa chevrette blonde

Avec leur jeune faon s’enivrant de son lait

 

En ce séjour secret la vie ainsi s’écoule

Je crois être une bulle au dessus d’un miroir

Qu’il est bon d’être loin du bruit et de la foule

Pour l’âme et pour le cœur l’endroit est un lavoir

 

 

Aussi quand dans le soir mille et une étincelles

Crépitent sur leurs ailes en jaune, en rouge, en bleu

La danse sur l’étang des belles demoiselles

De la beauté du monde est le magique aveu

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 31 août 2018

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 15:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]