Renaud et poésie

03 avril 2017

Mon corps et mon âme

âme 2

 

 

                 Lorsque mon corps sans vie sera devenu froid

                 Je vous demande avant de le donner aux flammes

                 De le poser dehors sur le vieux banc de bois

                 Afin que lentement lui dise adieu mon âme

 

                 Ils se seront aimés pendant un si long temps

                 Lui étant son logis et elle son refuge

                 Elle silencieuse et lui l’interrogeant

                 Lorsque ses faits et gestes avaient besoin d’un juge

 

                 Sans se toucher ni voir, juste en se devinant

                 Ils partageaient ma vie en instinctive osmose

                 Leurs dialogues muets, fermes mais prévenants

                 Forgeaient au jour le jour leur belle symbiose

 

                 C’est ainsi qu’ils formaient un binôme loyal

                 Avec beaucoup de rires et aussi quelques larmes

                 S’accordant pour le mieux sur le bien et le mal

                 Au grand jamais mon corps n’aurait vendu mon âme

 

                 Lors elle s’en ira comme à l’automne font

                 Au moment de migrer les belles hirondelles

                 En dessinant des cercles au dessus de mon front

                 Avant de s’envoler vers sa vie éternelle

 

                 Mais elle emportera, je le sais, je le sens

                 De mon corps endormi quelques grains de poussière

                 Car nous étions unis par l’esprit et le sang

                 Puisque Dieu a créé le souffle et la matière.

 

 

 

                 Renaud MAUGEY le 3 avril 2017

 

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 22:30 - Commentaires [14] - Permalien [#]

01 mars 2017

Elle devait avoir seize ans

Jeune fille en fleurs 2

 

 

 

 

                              Elle devait avoir seize ans

                              Moi j’en avais dix-sept à peine

                              Je la voyais passer souvent

                              Sur le chemin du bord de Seine

 

                              Guillerette elle musardait

                              Une romance sur les lèvres

                              Son air charmant m’affriandait

                              Tel un bijou pour un orfèvre

 

                               Son visage était gracieux

                               Il cachait dans ses boucles brunes

                               Sous les étoiles de ses yeux

                               Un sourire en croissant de lune

 

                               Elle avait de fort jolies mains

                               Qu’elle agitait comme des ailes

                               En imitant des serpentins

                               Ou des envolées d’hirondelles

 

                               Ses traits étaient fins et légers

                               Et son regard plein d’innocence

                               Ses tétons laissaient présager

                               Deux petites poires en latence

 

                               Un jour qu’elle passait rêvant

                               A la belle saison des roses

                               Je crus en un cadeau du vent

                               M’apportant une primerose

 

                               Qu’elle était jolie cette fleur

                               Toute fine en délicatesse

                               Et qui rougissait de pudeur

                               Dans le printemps de sa jeunesse

 

                                C’est ainsi qu’en mes dix-sept ans

                                J’ai appris que les jeunes filles

                                Sont pareilles à des fleurs des champs

                                A des roses ou à des jonquilles

 

 

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 1 mars 2017

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

Posté par Renaud- à 21:32 - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 février 2017

Je ne me lasse pas

roses 1

 

 

 

                                                                      Des couleurs de l’aurore

                                                                       Qu’un maître de ballet

                                                                       Crescendo fait éclore

                                                                       En joyeux feux-follets

 

                                                                       Des nuages qui passent

                                                                   Troupeaux de moutons blancs

                                                                    Roses ou gris qui s’enlacent

                                                                       Par le hasard des vents

 

                                                                       De la neige qui tombe

                                                                        En flocons d’organdi

                                                                        Éphémères colombes

                                                                          Venant du paradis

 

                                                                        Du boléro des vagues

                                                                        Toujours recommencé

                                                                     Aux beaux éclats de bagues

                                                                        D’or et d’azur tressés

 

                                                                        De la brise qui rêve

                                                                     Entre les fleurs des champs

                                                                      Et dont l’esprit soulève

                                                                        Alouettes et bruants

 

                                                                     Du tourbillon des feuilles

                                                                      Qui valsent leurs adieux

                                                                     Pour que la terre accueille

                                                                       Leurs limbes soporeux

 

                                                                       De la pluie qui dessine

                                                                    Ses pleurs sur mes carreaux

                                                                       Puis joliment chemine

                                                                       En formant un ruisseau

 

                                                                       De la brume qui danse

                                                                       Au dessus de l’étang

                                                                       Et du chant du silence

                                                                       Délice ensorcelant

 

                                                                                        De la lune opaline

                                                                       Fantôme de la nuit

                                                                       À l’orbite lutine

                                                                     Qui se pose et s’enfuit

 

                                                                  Du doux parfum des roses

                                                                     Embaumant le jardin

                                                                     Des oiseaux virtuoses

                                                                     Aux trilles cristallins

 

                                                                     De la pudique source

                                                                    Au charmant chuchotis

                                                                     Égayant de sa course

                                                                       Le léger frisottis

 

                                                                     De mon petit village

                                                                     Aux passages étroits

                                                                  Avec ses chats bien sages

                                                                    Qui miaulent en patois

 

                                                                     Du clocher de l’église

                                                                       Berger intemporel

                                                                         Qui spiritualise

                                                                      Et rend plus fraternel

 

                                                                     Du hibou qui hulule

                                                                    Perché dans le grenier

                                                                    Du grillon qui stridule

                                                                      Ses cricris familiers

 

                                                                     Du carrousel d’étoiles

                                                                     Berçant mes rêves d’or

                                                                     Lorsque la nuit dévoile

                                                                     Son cosmique décor

 

 

 

 

 

 

                                                            Renaud MAUGEY le 8 février 2017

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 21:44 - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 janvier 2017

Le Silence

Le silence 5

 

 

 

En ce monde de bruit, de tumulte et fureur

De vides logorrhées, de cris perturbateurs

De sons assourdissants, de musiques en stridence

Quand pourrons nous, enfin, retrouver le silence ?

 

Oui quand comprendrons nous que tous nos hurlements

Ne sont que les échos de vains affairements

Que nos charivaris, tintamarres et tapages

Ne sont que tromperies, fausses notes et mirages ?

 

Je ne réclame point un silence arrangé

De commande, hypocrite, incongru, obligé

Un silence irréel, une caricature

Qui bafouerait le vrai, cadeau de la nature

 

Je cherche simplement le silence immanent

Qui permet à l’esprit d’être prédominant

De bien s’épanouir dans la grâce et le calme

Au corps d’être habité par un supplément d’âme

 

Le silence est un rêve, un lieu de liberté

Comme une parenthèse au goût d’éternité

Il dévoile à nos yeux la vénusté des choses

Et prépare nos cœurs à leur métamorphose

 

Le silence est sacré, plus précieux encor

Que la quête du Graal ou de la Toison d’Or

Il n’a aucun égal pour atteindre l’intime

Le caché, le profond et toucher au sublime

 

Il prouve que la vie par le recueillement

Et la simplicité est un ravissement

Nous offrant des instants légers comme des bulles

La douce apesanteur des libres molécules

 

Mais surtout le silence est un acte de Foi

Et un acte d’Amour, une offrande de soi

Il rapproche les êtres et éloigne la haine

Il a la pureté de l’eau d’une fontaine

 

Le silence est la paix, il nous conduit vers Dieu

Il est une espérance, un aperçu des cieux

Un glorieux frisson de sainte solitude

Un salvateur refuge, une béatitude

 

Aussi quand j'atteindrai le céleste séjour

Et serai devenu un muet troubadour 

Flotteront dans l'azur en douces souvenances

Le bruit de mes pensées, le chant de mes silences.

 

 

 

Renaud le 15 janvier 2017

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

Posté par Renaud- à 23:21 - Commentaires [21] - Permalien [#]
14 décembre 2016

Au delà

espoir 2

 

 

 

Au delà des malheurs, des tourments, des souffrances

Des bonheurs envolés, des rêves transpercés

Des larmes, des chagrins et des désespérances

Il y aura toujours l'Amour recommencé

 

Au delà de la haine et de la malveillance

Des basses turpitudes et jalouses rancœurs

Des baisers de Judas et de l'intolérance

Il y aura toujours de l'Amour dans les cœurs

 

Au delà des complots, des ruses et des intrigues

Des desseins venimeux et des forces du mal

Des sombres manigances où le diable navigue

L'Amour, silencieux, est là, subliminal

 

Au delà de la guerre et de la barbarie

Des horreurs absolues à en cauchemarder

Des folles cruautés et de la perfidie

Il y aura toujours l'Amour pour nous guider

 

Au delà des méfaits méprisables et immondes

Des lâchetés, des vices et paroles de fiel

De toutes les bassesses et traîtrises à la ronde

la flamme de l'Amour brillera dans le ciel

 

Au delà de nos chaînes et de nos jougs funèbres

Que tous nos reniements ont permis de river

Au delà de la mort, du vide et des ténèbres

Il y aura l'Amour qui viendra nous sauver

 

 

Renaud MAUGEY le 14 décembre 2016

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 15:37 - Commentaires [18] - Permalien [#]

29 août 2016

J'aimerais remonter le temps

animaux

 

création:thierryvatin.e-monsite.com

 

 

                                          J'aimerais remonter le temps

                                          Revenir au début du monde

                                          Quand le créateur tout puissant

                                          Pétrissait la terre féconde

 

                                          J’aimerais le voir composer

                                          Tel un maestro son ouvrage

                                          Et d’un trait métamorphoser

                                          La glaise en divins paysages

 

                                          J’aimerais le voir établir

                                          Les forêts vierges foisonnantes

                                          Et les grands fleuves pour nourrir

                                          Cette vie neuve, ensorcelante

 

                                          J’aimerais le voir dessiner

                                          Les jolies couleurs de l’aurore

                                          Et puis le soir enluminer

                                          Le ciel de furtifs météores

 

                                          J’aimerais le voir essaimer

                                          De tournoyants vents à la ronde

                                          Et voir les oiseaux sublimer

                                          Leurs arabesques vagabondes

 

                                          J’aimerais le voir agencer

                                          La pluie, la foudre, les orages

                                          Et puis le voir ordonnancer

                                          Le boléro des fleurs sauvages

 

                                          J’aimerais le voir assortir

                                          Tous les animaux de la brousse

                                          Et puis le voir les réunir

                                          Tous ensemble à la même source

 

                                          J’aimerais le voir assembler

                                          Les monts, les lacs et les cascades

                                          Et des volcans faire jongler

                                          Le magma rouge qui s’évade

 

                                          J’aimerais le voir ciseler

                                          Les nuages et la blanche brume

                                          Et le voir aussi fignoler

                                          Des oiseaux la beauté des plumes

 

                                          J’aimerais le voir façonner

                                          Les océans et leurs rivages

                                          Et pour joliment terminer

                                          Poser la lune en éclairage

 

                                          J’aimerais alors dire à Dieu

                                          Pour que la terre reste belle

                                          Qu’il doit évincer de ce lieu

                                          L’homme méchant et infidèle

 

                                          Je pourrais ainsi m’apaiser

                                          Comme on peut le faire en un rêve

                                          Peut être même éterniser

                                          Cet espoir quand ma nuit s’achève

 

 

 

                                                  Renaud MAUGEY le 29 août 2016

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 


 

Posté par Renaud- à 20:32 - Commentaires [13] - Permalien [#]
25 juillet 2016

Anaïs

                                

Les souvenirs d'enfance on ne les oublie pas

Ils restent dans nos coeurs en une jolie place

Gravés à tout jamais, sublimés, délicats

Le tamis du passé leur donne charme et grâce

 

Elle habitait ma rue et nous avions six ans

Nous faisions le chemin pour aller à l'école

En nous tenant la main comme font les enfants

Sages et obéissants, attentifs aux paroles

 

Nous ne nous quittions pas ainsi que frère et sœur

Nos rires et nos jeux étaient sans turbulence

Nous avions nos secrets, nos peines et nos bonheurs

Et nos petits baisers étaient pleins d'innocence

 

Les maîtres s'étonnaient de nous voir si plaisants :

« Ah Dieu que ces enfants sont agréables et sages !»

Ils nous complimentaient, nous idéalisant

Nous donnant des bons points et de belles images

 

Les jours coulaient heureux pour nous deux sur les bancs

De cette sympathique école élémentaire

Mais ce bien être, hélas, eût un terme navrant

Par un inattendu problème alimentaire

 

Les parents d'Anaïs, des marchands de bonbons

Tenaient rue Pergolèse une confiserie

Aussi elle m'offrait douceurs à profusion

Sucettes, berlingots et autres sucreries

 

Dès lors, sournoisement, pâtes de fruits, nougats

Caramels, cachoux, guimauves et réglisses

Firent en mon palais de notables dégâts

C'est pourquoi il fallut que tout cela finisse

 

L'on nous sépara donc, je partis en pension

Rêvant de mon amie et de ses gâteries

Mes nuits étaient remplies de menthe et de citron

Mais notre éloignement sauva ma glycémie

 

Qu'est t'elle devenue ma jolie Anaïs

Aux yeux opalescents comme des sucres d'orge

Aujourd'hui quand je prends un bonbon à l'anis

Ces souvenirs heureux s'écoulent dans ma gorge

 

Cette histoire m'apprit qu'à manger goulûment

La vie, certes, paraît être une friandise

Mais pour bien la croquer longtemps à pleines dents

Il faut savoir au mieux gérer sa gourmandise

 

 

Renaud MAUGEY le 25 juillet 2016

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 19:09 - Commentaires [15] - Permalien [#]
27 juin 2016

Je voudrais m'en aller

automne 1

photo 123hdwallpapers.com

 

 

 

Je voudrais m’en aller par un matin d’automne
Quand la nature en paix déjà se pelotonne
Et qu’un léger brouillard flottant sur l’horizon
Forme un joli linceul en voile de coton

Le soleil lentement sur cette étoffe blanche
Brodera des fils d’or en empruntant aux branches
Ses couleurs d’ocre blond, de jaune et de vermeil
Puis m’offrira ce drap pour mon dernier sommeil

Alors enveloppé dans ce divin suaire
Mon âme partira vers ces contrées stellaires
Rejoindre ceux que j’aime en l’éternel séjour

Tel l’oiseau migrateur atteignant son rivage
Les ailes de la Foi et celles de l’Amour
La mèneront au bout de ce lointain voyage

 

 

Renaud MAUGEY le 27 juin 2016

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

Posté par Renaud- à 00:03 - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 mai 2016

Être poète

poète 3

dessin fr.123rf.com

 

 

Être poète c’est être seul
Avec ses phobies et ses angoisses
Que la drogue de l’écrit défroisse
Bien mieux que l’hypnotique tilleul

C’est enfouir ses peines et travers
Dans le linceul d’une feuille blanche
Où de même qu’entre quatre planches
Ils seront ingérés par ses vers

Être poète c’est s’échapper
Vers mille pays inaccessibles
Et autant de contrées invisibles
Pour fugacement s’émanciper

C’est par magie remonter le temps
Pour commencer une autre aventure
Cette fois sans drames ni souillures
Et planer l’espace d’un instant

Être poète c’est être fou
De trop de douleurs et de souffrances
Des chagrins et des désespérances
De ce monde sens dessus-dessous

C’est avoir faim et soif d’idéal
De souverain bien et d’utopie
De l’esthétique qui ennoblie
Et conduit vers le transcendantal

Être poète c’est être fort
Avoir de l’audace et du courage
Se révolter parfois avec rage
Dût-il risquer la prison, la mort

C’est être, par les mots, combattant
Car la plume est une arme efficace
Le pamphlet est plus sûr qu’un pancrace
Un chantre peut être un résistant

Être poète c’est inventer
Des mots, des résonances ou images
Pour faire passer quelque message
Ou bien tout simplement exister

C’est sentir, observer, réfléchir
Aux destins de l’Homme et de la Terre
Aux moyens d’apaiser les misères
Et ainsi aider à moins souffrir

Être  poète c’est attaquer
Les préjugés, la bien-pensance
Les futilités, les connivences
Ne pas avoir peur de provoquer

C’est aussi contester, s’opposer
Aux infamies et aux injustices
Et avoir l’encre investigatrice
Pour bien défendre ou bien accuser

Être poète c’est célébrer
L’univers, le monde, la nature
Peindre la vie plus belle et plus pure
L’exalter et non l’enténébrer

C’est offrir le printemps en hiver
Faire éclore des bouquets de roses
En symboliques métamorphoses
Des ailes des oiseaux sur la mer

Être poète c’est s’envoler
De la réalité vers les rêves
Pour que l’espoir prenne la relève
Et qu’il puisse le perpétuer

Car le poète est propagateur
D’idées, de desseins et de symboles
Il est à la fois guide et boussole
Porte-voix des humbles et alerteur

Être poète c’est être grand
Composer des écrits magnétiques
Avoir des envolées si magiques
Qu’elles semblent être un vol de flamands

Être poète c’est se donner
Avec ferveur et persévérance
Pour bien extraire la quintessence
Du si magnifique verbe aimer

Oui c’est entretenir chaque jour
En sublimant les coeurs et les âmes
Une inextinguible et belle flamme
Afin d’immortaliser l’Amour


 

Renaud MAUGEY le 28 mai 2016

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 


Posté par Renaud- à 19:07 - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 avril 2016

Ressemblances

femme mystère 2

arts-deco-toile-caro.skyrock.com

 

 

Vous ressemblez à ces bijoux
Que sait nous offrir la nature
Et de vos pieds à votre cou
Vous pourriez être sa parure

Votre chevelure d'argent
Ondule telle une rivière
Dont les mille et un chatoiements
Composent une ode à la lumière

Les agates de vos yeux blonds
Ont de clairs reflets couleur d'ambre
Et l'on voit dans leurs tourbillons
L'or jaune des feuilles en novembre

Vos lèvres d'un rouge grenat
Rehaussent vos joues tourmaline
Dont le coloris délicat
A l'éclat d'une perle fine

Votre peau d'un pur jade blanc
Est d'une sereine élégance
Et votre sourire émouvant
Magnifie son opalescence

Le ton nacré de votre front
Et votre teint de porcelaine
Ont le soyeux d’un papillon
Et la clarté d’une fontaine

Les doux cabochons de vos seins
Évoquent deux purs rubis roses
Que je cisèle de mes mains
Avant qu'un baiser je n'y pose

En votre nombril charmant
Se trouve un joli solitaire
Et sous ce bien beau diamant
Se tient le joyau du mystère

 

 

Renaud MAUGEY le 28 avril 2016

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

Posté par Renaud- à 21:58 - Commentaires [10] - Permalien [#]