Renaud et poésie

07 août 2017

Chez Suzette

 

bistro 3

 

 

 

                                                         Sur la place de mon village

                                                Se trouve un bistrot d’autrefois

                                                Un lieu de vie et de partage

                                                Où l’on se sent comme chez soi

 

                                                La devanture est en vieux chêne

                                                Et la porte à petits carreaux

                                                Est coiffée de roses silènes

                                                Servant de logis aux oiseaux

 

                                                L’enseigne indique «chez Suzette»

                                                Elle est la fille du patron

                                                Elle a de bien jolies mirettes

                                                Et de longs cheveux de blé blond

 

                                               Tôt le matin Roger, son père

                                                Fait l’ouverture du bistrot

                                                Son bar est le lieu qui fédère

                                                                        Celles et ceux qui vont au boulot

 

                                                Roger connaît bien tout le monde

                                                Il est l’ami, le confident

                                                Il a une belle faconde

                                                Il est toujours accommodant

 

                                                Près de lui la chatte Minette

                                                Sur le zinc du matin au soir

                                                Miaule en cherchant de la tête

                                                Les câlins des gens du comptoir

 

                                                Elle est de nous tous la mascotte

                                                La caresser est un honneur

                                                Et tout chaland poussant la porte

                                                Veut toucher ce porte-bonheur

 

                                                Passée la fièvre matinale

                                                J’arrive dans l’estaminet

                                                J’ai mon endroit où je m’installe

                                                D’où j’observe avec intérêt

 

                                                Comme ici l’on est en Corrèze

                                                Je bois inéluctablement

                                                De la Salers ou de l’Avèze

                                                Il ne peut en être autrement

 

                                                Je vois Suzette qui s’agite

                                                Pour servir et puis badiner

                                                Pendant que Roger aux marmites

                                                Nous mitonne un bon déjeuner

 

                                                Je vois les clients d’habitude

                                                Ceux qui sont présents chaque jour

                                                Pour fusionner leurs solitudes

                                                Avec leurs potes d’alentour

 

                                                Ils se succèdent en une ronde

                                                De fidèle fraternité

                                                Et de leur entente féconde

                                                Naît de la solidarité

 

                                                Je les connais chacun, chacune

                                                Ils font un peu partie de moi

                                                Leurs succès ou leurs infortunes

                                                Font ma joie ou mon désarroi

 

                                                Je vois tout d'abord Pierre-Auguste

                                                Du village le boulanger

                                                Il apporte le pain tout juste

                                                Sorti du four, craquant, léger

 

                                                Je vois Céline l’infirmière

                                                Prendre un café entre deux soins

                                                Avec Jeanne la teinturière

                                                Et Raymond l’un de mes voisins

 

                                                Je vois Jeannot le garagiste

                                                Baptiste et Thiénot les facteurs

                                                Marie-Cécile la fleuriste

                                                Charly et Paul les éboueurs

 

                                                Je vois Léon et Valentine

                                                Un joli couple d’amoureux

                                                Se lover près de la vitrine

                                                Pour s’embrasser à qui mieux-mieux

 

                                                Je vois Albert un pauvre hère

                                                Gommer sa vie et ses soucis

                                                Dans des ivresses mensongères

                                                Faites de bière et de gâchis

 

                                                J’entends Marcel ancien artiste

                                                Déclamer du François Villon

                                                Pendant que Jade instrumentiste

                                                L’accompagne à l’accordéon

 

                                                Je vois les clients de passage:

                                                Représentants, prolos, bourgeois

                                                Des jeunes, des vieux, des sans âge

                                                Des énigmatiques parfois

 

                                                J’entends aussi des messes basses

                                                Des confidences, des ragots

                                                Des histoires tristes ou cocasses

                                                Comme un vocal dazibao

 

                                                J’entends des verres qui se choquent

                                                Entre collègues, amis, copains

                                                Et un pochard qui soliloque

                                                En se faisant des baisemains

 

                                                Je vois ainsi l’espèce humaine

                                                Ses qualités et ses défauts

                                                De la bonne et moins bonne graine

                                                Des gens bizarres ou comme il faut

 

                                                Mais je vois surtout des visages

                                                Divers, touchants et chaleureux

                                                Qui dans ce bistrot de village

                                                Font que je m’y sens bien heureux

 

 

 

 

                                                Renaud MAUGEY le 7 août 2017

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 17:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juillet 2017

La jeune fille sur la plage

jeune fille à la plage 6

 

 

 

                                                    Sous son grand front de sable blanc

                                                    Aux jolis reflets de la plage

                                                    Brillaient ses yeux ronds et troublants

                                                    Belles bouées de sauvetage

 

                                                    Ses cheveux fins, longs cerfs-volants

                                                    S’offraient de gais vagabondages

                                                    Au gré des embruns et du vent

                                                    Qui caressaient son frais visage

 

                                                     Ses bras légers, roses flamands

                                                     Apprivoisaient le paysage

                                                     Et emportés par leur élan

                                                     Semblaient rejoindre les nuages

 

                                                     Petits ballons appétissants

                                                     Ses seins pointaient en son corsage

                                                     Suscitant des regards gourmands

                                                     Aux portraitistes du rivage

 

                                                     Tout son être était fort charmant

                                                     Un joli rêve de passage

                                                     Son corps souple comme un ruban

                                                     De délices était le présage

 

                                                     Mais elle n’était qu’une enfant

                                                     Encor bien timide et très sage

                                                     Qui hélas pour ses soupirants

                                                     Ne cherchait que des coquillages

 

 

 

                                                     Renaud MAUGEY le 3 juillet 2017

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

Posté par Renaud- à 21:44 - Commentaires [7] - Permalien [#]
07 juin 2017

Je ne me sens pas fou

la folie 4

 

 

 

                                                  Bien des gens me prennent pour fou

                                                  Quand je danse dans les jachères

                                                  Affublé d’un jaune boubou

                                                  En vocalisant des prières

 

                                                  En quoi n’aurais-je pas le droit

                                                  De bondir dans l’herbe jolie

                                                  Et de baller dans les sous-bois

                                                  En semant mes grains de folie?

 

                                                  Car j’ai la folie des glandeurs

                                                  J’aime la vie simple et tranquille

                                                  Et c’est auprès des arbres et fleurs

                                                  Qu’en tant que fou je trouve asile

 

                                                  Si je suis un peu déroutant

                                                  Quand je parle aux oiseaux en morse

                                                  Doit on me passer pour autant

                                                  Une camisole de force?

 

                                                  Et si je monte sur les toits

                                                  Pour propager quelques messages

                                                  Est ce que pour autant l’on doit

                                                  Me traiter d’idiot du village?

 

                                                  En ce monde normalisé

                                                  Où l’on ne veut voir qu’une tête

                                                  Ne pas être standardisé

                                                  Fait que l’on vous fuit ou rejette

 

                                                  Or la dissemblance est un cri

                                                  Face aux difficultés de vivre

                                                  Quand le cœur est un sans abri

                                                  Et que l’âme est un bateau ivre

 

                                                  L’être étrange n’est éperdu

                                                  Que pour mieux inventer le monde

                                                  Et s’il semble souvent perdu

                                                  C’est que son rêve vagabonde

 

                                                  Mais le fou a souvent raison

                                                  D’être lunaire, abstrait, fantasque

                                                  Car son mode de vie bouffon

                                                  Sert à faire tomber les masques

 

                                                  Alors laissons les anormaux

                                                  Les dérangés, les excentriques

                                                  Nous interpeller sur nos maux

                                                  Ils sont fous en toute logique

 

 

 

                                                   Renaud MAUGEY le 7 juin 2017

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

Posté par Renaud- à 22:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 mai 2017

La fête au village

majorettes

 

 

 

                    Aujourd’hui j’ai le cœur joyeux

                    C’est la fête de mon village

                    Un jour plaisant et chaleureux

                    Fait de concorde et de partage

 

                    Les rues se parent de couleurs

                    Fanions, drapeaux et oriflammes

                    Maisons et jardins sont en fleurs

                    Les oiseaux font déjà leurs gammes

 

                    Sur la grand’ place du marché

                    Il y a de l’effervescence

                    Les gosses un peu partout juchés

                    Veulent que la fête commence

 

                    Et bientôt sous un beau soleil

                    L’on voit de concert apparaître

                    Monsieur le maire et son conseil

                    Précédés du garde champêtre

 

                    Au geste attendu de sa main

                    La fanfare municipale

                    Sur un vieil air du Limousin

                    Ouvre cette fête estivale

 

                    Dans leurs costumes rouges et blancs

                    Jolies, graciles ou rondelettes

                    Adolescentes encore enfants

                    S’avancent alors les majorettes

 

                    Guidées par une haie d’honneur

                    Elles marchent au pas de parade

                    Offrant plaisir et bonne humeur

                    Aux habitants de la bourgade

 

                    Elles jouent avec leurs bâtons

                    Sur des enchaînements rythmiques

                    Et les rattrapent à l’unisson

                    Sous des vivats œcuméniques

 

                    On leur lance des serpentins

                    Des confettis multicolores

                    Des baisers et des biscotins

                    Des pétales de mandragore

 

                    Ce sympathique défilé

                    Rassemble une joyeuse foule

                    D’anciens et jeunes mêlés

                    En une moutonnante houle

 

                    Puis quand sonne au clocher midi

                    L’on s’assied et l’on fraternise

                    Autour des bons plats du pays

                    Sous la halle près de l’église

 

                    L’on déguste grillons, tourtous

                    La bréjaude ou la bourriquette

                    La flognarde après le figou

                    Le tout à la bonne franquette

 

                    Au cours du repas les aînés

                    À la truculente faconde

                    Et aux yeux un peu avinés

                    Font pouffer de rires à la ronde

 

                    Mais bientôt c’est l’heure des jeux

                    Et aux quatre coins du village

                    L’on se distrait à qui mieux-mieux

                    La joie est sur tous les visages

 

                    Jeu du tonneau, chamboule tout

                    Courses en sacs ou mât de cocagne

                    L’on s’amuse comme des fous

                    Et presque à tous les coups l’on gagne

 

                    Les lots sont de petits jouets

                    Une glace, une friandise

                    Un poisson rouge, un porcelet

                    Ou une pochette surprise

 

                    L’on va flânant et s’amusant

                    Dans les ruelles pavoisées

                    Et l’on admire en les croisant

                    Les jouvencelles déguisées

 

                    Elles vont place du beffroi

                    Jouer quelques jolies saynètes

                    Réciter des vers d’autrefois

                    Ou bien pousser la chansonnette

 

                    Puis au son de l’accordéon

                    Débute le bal populaire

                    Et sous le feu des lumignons

                    C’est la fièvre tourbillonnaire

 

                    Lorsque le groupe « Troubadours »

                    Conduit bourrées et boudiguetes

                    C’est la folie dans tout le bourg

                    Même chiens et chats font la fête

 

                    Et quand la lune à l’horizon

                    De la nuit est révélatrice

                    Doucement cessent les flonflons

                    Faisant place au feu d’artifice

 

                    Garçons et filles sont heureux

                    Les vieux retrouvent leur jeune âge

                    Les étoiles sont dans les yeux

                    Je me sens bien dans mon village

 

 

                    Renaud MAUGEY le 2 mai 2017

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 22:23 - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 avril 2017

Mon corps et mon âme

âme 2

 

 

                 Lorsque mon corps sans vie sera devenu froid

                 Je vous demande avant de le donner aux flammes

                 De le poser dehors sur le vieux banc de bois

                 Afin que lentement lui dise adieu mon âme

 

                 Ils se seront aimés pendant un si long temps

                 Lui étant son logis et elle son refuge

                 Elle silencieuse et lui l’interrogeant

                 Lorsque ses faits et gestes avaient besoin d’un juge

 

                 Sans se toucher ni voir, juste en se devinant

                 Ils partageaient ma vie en instinctive osmose

                 Leurs dialogues muets, fermes mais prévenants

                 Forgeaient au jour le jour leur belle symbiose

 

                 C’est ainsi qu’ils formaient un binôme loyal

                 Avec beaucoup de rires et aussi quelques larmes

                 S’accordant pour le mieux sur le bien et le mal

                 Au grand jamais mon corps n’aurait vendu mon âme

 

                 Lors elle s’en ira comme à l’automne font

                 Au moment de migrer les belles hirondelles

                 En dessinant des cercles au dessus de mon front

                 Avant de s’envoler vers sa vie éternelle

 

                 Mais elle emportera, je le sais, je le sens

                 De mon corps endormi quelques grains de poussière

                 Car nous étions unis par l’esprit et le sang

                 Puisque Dieu a créé le souffle et la matière.

 

 

 

                 Renaud MAUGEY le 3 avril 2017

 

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 

Posté par Renaud- à 22:30 - Commentaires [20] - Permalien [#]

01 mars 2017

Elle devait avoir seize ans

Jeune fille en fleurs 2

 

 

 

 

                              Elle devait avoir seize ans

                              Moi j’en avais dix-sept à peine

                              Je la voyais passer souvent

                              Sur le chemin du bord de Seine

 

                              Guillerette elle musardait

                              Une romance sur les lèvres

                              Son air charmant m’affriandait

                              Tel un bijou pour un orfèvre

 

                               Son visage était gracieux

                               Il cachait dans ses boucles brunes

                               Sous les étoiles de ses yeux

                               Un sourire en croissant de lune

 

                               Elle avait de fort jolies mains

                               Qu’elle agitait comme des ailes

                               En imitant des serpentins

                               Ou des envolées d’hirondelles

 

                               Ses traits étaient fins et légers

                               Et son regard plein d’innocence

                               Ses tétons laissaient présager

                               Deux petites poires en latence

 

                               Un jour qu’elle passait rêvant

                               A la belle saison des roses

                               Je crus en un cadeau du vent

                               M’apportant une primerose

 

                               Qu’elle était jolie cette fleur

                               Toute fine en délicatesse

                               Et qui rougissait de pudeur

                               Dans le printemps de sa jeunesse

 

                                C’est ainsi qu’en mes dix-sept ans

                                J’ai appris que les jeunes filles

                                Sont pareilles à des fleurs des champs

                                A des roses ou à des jonquilles

 

 

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 1 mars 2017

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

Posté par Renaud- à 21:32 - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 février 2017

Je ne me lasse pas

roses 1

 

 

 

                                                                      Des couleurs de l’aurore

                                                                       Qu’un maître de ballet

                                                                       Crescendo fait éclore

                                                                       En joyeux feux-follets

 

                                                                       Des nuages qui passent

                                                                   Troupeaux de moutons blancs

                                                                    Roses ou gris qui s’enlacent

                                                                       Par le hasard des vents

 

                                                                       De la neige qui tombe

                                                                        En flocons d’organdi

                                                                        Éphémères colombes

                                                                          Venant du paradis

 

                                                                        Du boléro des vagues

                                                                        Toujours recommencé

                                                                     Aux beaux éclats de bagues

                                                                        D’or et d’azur tressés

 

                                                                        De la brise qui rêve

                                                                     Entre les fleurs des champs

                                                                      Et dont l’esprit soulève

                                                                        Alouettes et bruants

 

                                                                     Du tourbillon des feuilles

                                                                      Qui valsent leurs adieux

                                                                     Pour que la terre accueille

                                                                       Leurs limbes soporeux

 

                                                                       De la pluie qui dessine

                                                                    Ses pleurs sur mes carreaux

                                                                       Puis joliment chemine

                                                                       En formant un ruisseau

 

                                                                       De la brume qui danse

                                                                       Au dessus de l’étang

                                                                       Et du chant du silence

                                                                       Délice ensorcelant

 

                                                                                        De la lune opaline

                                                                       Fantôme de la nuit

                                                                       À l’orbite lutine

                                                                     Qui se pose et s’enfuit

 

                                                                  Du doux parfum des roses

                                                                     Embaumant le jardin

                                                                     Des oiseaux virtuoses

                                                                     Aux trilles cristallins

 

                                                                     De la pudique source

                                                                    Au charmant chuchotis

                                                                     Égayant de sa course

                                                                       Le léger frisottis

 

                                                                     De mon petit village

                                                                     Aux passages étroits

                                                                  Avec ses chats bien sages

                                                                    Qui miaulent en patois

 

                                                                     Du clocher de l’église

                                                                       Berger intemporel

                                                                         Qui spiritualise

                                                                      Et rend plus fraternel

 

                                                                     Du hibou qui hulule

                                                                    Perché dans le grenier

                                                                    Du grillon qui stridule

                                                                      Ses cricris familiers

 

                                                                     Du carrousel d’étoiles

                                                                     Berçant mes rêves d’or

                                                                     Lorsque la nuit dévoile

                                                                     Son cosmique décor

 

 

 

 

 

 

                                                            Renaud MAUGEY le 8 février 2017

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 21:44 - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 janvier 2017

Le Silence

Le silence 5

 

 

 

En ce monde de bruit, de tumulte et fureur

De vides logorrhées, de cris perturbateurs

De sons assourdissants, de musiques en stridence

Quand pourrons nous, enfin, retrouver le silence ?

 

Oui quand comprendrons nous que tous nos hurlements

Ne sont que les échos de vains affairements

Que nos charivaris, tintamarres et tapages

Ne sont que tromperies, fausses notes et mirages ?

 

Je ne réclame point un silence arrangé

De commande, hypocrite, incongru, obligé

Un silence irréel, une caricature

Qui bafouerait le vrai, cadeau de la nature

 

Je cherche simplement le silence immanent

Qui permet à l’esprit d’être prédominant

De bien s’épanouir dans la grâce et le calme

Au corps d’être habité par un supplément d’âme

 

Le silence est un rêve, un lieu de liberté

Comme une parenthèse au goût d’éternité

Il dévoile à nos yeux la vénusté des choses

Et prépare nos cœurs à leur métamorphose

 

Le silence est sacré, plus précieux encor

Que la quête du Graal ou de la Toison d’Or

Il n’a aucun égal pour atteindre l’intime

Le caché, le profond et toucher au sublime

 

Il prouve que la vie par le recueillement

Et la simplicité est un ravissement

Nous offrant des instants légers comme des bulles

La douce apesanteur des libres molécules

 

Mais surtout le silence est un acte de Foi

Et un acte d’Amour, une offrande de soi

Il rapproche les êtres et éloigne la haine

Il a la pureté de l’eau d’une fontaine

 

Le silence est la paix, il nous conduit vers Dieu

Il est une espérance, un aperçu des cieux

Un glorieux frisson de sainte solitude

Un salvateur refuge, une béatitude

 

Aussi quand j'atteindrai le céleste séjour

Et serai devenu un muet troubadour 

Flotteront dans l'azur en douces souvenances

Le bruit de mes pensées, le chant de mes silences.

 

 

 

Renaud le 15 janvier 2017

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

Posté par Renaud- à 23:21 - Commentaires [22] - Permalien [#]
14 décembre 2016

Au delà

espoir 2

 

 

 

Au delà des malheurs, des tourments, des souffrances

Des bonheurs envolés, des rêves transpercés

Des larmes, des chagrins et des désespérances

Il y aura toujours l'Amour recommencé

 

Au delà de la haine et de la malveillance

Des basses turpitudes et jalouses rancœurs

Des baisers de Judas et de l'intolérance

Il y aura toujours de l'Amour dans les cœurs

 

Au delà des complots, des ruses et des intrigues

Des desseins venimeux et des forces du mal

Des sombres manigances où le diable navigue

L'Amour, silencieux, est là, subliminal

 

Au delà de la guerre et de la barbarie

Des horreurs absolues à en cauchemarder

Des folles cruautés et de la perfidie

Il y aura toujours l'Amour pour nous guider

 

Au delà des méfaits méprisables et immondes

Des lâchetés, des vices et paroles de fiel

De toutes les bassesses et traîtrises à la ronde

la flamme de l'Amour brillera dans le ciel

 

Au delà de nos chaînes et de nos jougs funèbres

Que tous nos reniements ont permis de river

Au delà de la mort, du vide et des ténèbres

Il y aura l'Amour qui viendra nous sauver

 

 

Renaud MAUGEY le 14 décembre 2016

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

Posté par Renaud- à 15:37 - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 août 2016

J'aimerais remonter le temps

animaux

 

création:thierryvatin.e-monsite.com

 

 

                                          J'aimerais remonter le temps

                                          Revenir au début du monde

                                          Quand le créateur tout puissant

                                          Pétrissait la terre féconde

 

                                          J’aimerais le voir composer

                                          Tel un maestro son ouvrage

                                          Et d’un trait métamorphoser

                                          La glaise en divins paysages

 

                                          J’aimerais le voir établir

                                          Les forêts vierges foisonnantes

                                          Et les grands fleuves pour nourrir

                                          Cette vie neuve, ensorcelante

 

                                          J’aimerais le voir dessiner

                                          Les jolies couleurs de l’aurore

                                          Et puis le soir enluminer

                                          Le ciel de furtifs météores

 

                                          J’aimerais le voir essaimer

                                          De tournoyants vents à la ronde

                                          Et voir les oiseaux sublimer

                                          Leurs arabesques vagabondes

 

                                          J’aimerais le voir agencer

                                          La pluie, la foudre, les orages

                                          Et puis le voir ordonnancer

                                          Le boléro des fleurs sauvages

 

                                          J’aimerais le voir assortir

                                          Tous les animaux de la brousse

                                          Et puis le voir les réunir

                                          Tous ensemble à la même source

 

                                          J’aimerais le voir assembler

                                          Les monts, les lacs et les cascades

                                          Et des volcans faire jongler

                                          Le magma rouge qui s’évade

 

                                          J’aimerais le voir ciseler

                                          Les nuages et la blanche brume

                                          Et le voir aussi fignoler

                                          Des oiseaux la beauté des plumes

 

                                          J’aimerais le voir façonner

                                          Les océans et leurs rivages

                                          Et pour joliment terminer

                                          Poser la lune en éclairage

 

                                          J’aimerais alors dire à Dieu

                                          Pour que la terre reste belle

                                          Qu’il doit évincer de ce lieu

                                          L’homme méchant et infidèle

 

                                          Je pourrais ainsi m’apaiser

                                          Comme on peut le faire en un rêve

                                          Peut être même éterniser

                                          Cet espoir quand ma nuit s’achève

 

 

 

                                                  Renaud MAUGEY le 29 août 2016

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

 

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

 

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

 

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

 

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.

 

 

 

 


 

Posté par Renaud- à 20:32 - Commentaires [13] - Permalien [#]