fée par sophie anderson 1823-1903

peinture de Sophie Anderson

 

 

J'ai toujours cru aux fées.

Certes beaucoup n'y croient pas ou n'y croient plus mais pour ma part

je n'ai jamais nié la réalité des fées.

J'aime ainsi, à la tombée du jour, m'installer à la terrasse d'un café

que je sais être fréquenté par ces êtres soit disant imaginaires

pour,tout en dégustant un peu d'absinthe, regarder

le déroulement des fées.

Après la fée verte et les fées d'assoupissement qui l'accompagnent

je vois se succéder, comme par enchantement,

toutes sortes d'autres fées.

Celà commence généralement par les fées placebo et les fées

d'optique qui me procurent vite fées bien fées

mille et une illusions agréables autant qu'étranges.

Arrivent ensuite les fées de surprises,tout à fées étonnantes,diverses

et magiques suivies des fées de modes incluant les fées de jambes

et les fées de manches,ces dernières très gracieuses et agitant

leurs fameux doigts de fées à l'origine de la jolie expression

" fées et gestes "

Puis c'est l'apparition des fées musicales,certaines pleines de résonances

et de magnétisme, comme les fées Doppler, d'autres fort peu

mélodieuses comme les fées Larsen.

A leur suite viennent les fées du logis et les bonnes fées,

absolument adorables, mais très jalousées et disparaissant

souvent trop rapidement sous les fées de la colère

elles mêmes ensuite chassées par les fées boomerang.

Parfois se présentent alors les fées indésirables

et les fées du Prince qui s'autorisent toutes sortes de voies de fées

provoquant l'arrivée de la fée C, dite Carabosse, qui ne plaisante

vraiment pas et disperse tout ce beau monde sans ménagement.

Arrivent enfin les fées paresseuses, nonchalantes, vivant de l'air du temps

qu'on appelle les fées néantes ou les fées gnasses

et qui ne donnent pas du tout envie de travailler.

C'est alors que je vais me coucher

merveilleusement détendu et rajeuni car elles ont le don

de faire disparaitre les fées, mes rides.

Hormis ces rendez vous vespéraux j'attends impatiemment

tous les premiers mai la venue de la fée Clochette

petite, naïve, toute blanche, sensible, fragile

et sentant si bon.....

J'aime aussi,le 14 juillet,aller voir défiler les fées.

La générale des fées, paradant avec ses nombreuses gardes du corps,

les fées de masse et les fées de groupe ( certaines l'entourant

à cheval,les fées de cavalerie; d'autres la portant sur son pavois,

les fées de levier; d'autres encore étant simplement là pour lui porter

chance, les fées d'aubaine ) présente tout d'abord ses fées d'armes,

celles ayant durant l'année écoulée réussi à conjurer le mauvais sort

et les mauvais esprits, puis les fées étrangères invitées.

La dernière fois ce furent les fées combattantes d'Afrique du Nord

en lutte pour leur indépendance.

J'ai ainsi pu voir les fées Dayins,les fées Laghas et les fées Louzes

toutes très impressionnantes.

Par ailleurs en plein coeur de l'été je crains beaucoup les fées de serre

qui ne se rendent pas bien compte de la chaleur que leurs activités

génèrent et les fées papillons qui, d'un seul coup d'aile, peuvent

provoquer d'incroyables tourbillons.

Mais en fin d'année j'adore regarder les fées d'hiver et surtout

les fées boules de neige qui sont si belles et si colorées...

Voilà vous aurez compris, je pense, par ces quelques lignes,

que les fées existent bel et bien et que chercher à nier les fées

ne sert strictement à rien car tôt ou tard

l'on doit rétablir les fées.

 

 

Renaud le 31 mai 2011 / tous droits réservés