sein spirituel

dessin alittlemarket.com

 

 

J'ai toujours eu un penchant pour les lolos.

Cela tient, sans doute, à ce que j'ai été, à la sortie de la guerre, généreusement nourri par ceux de ma mère ainsi que par ceux, pour éviter l'abus de blancs seins, d'une belle gouvernante noire, d'origine haïtienne, dont j'ai libéré et affranchi la poitrine à telle enseigne qu'elle m'appelait gentiment « tous seins l'ouverture ».

Entre ces deux femmes je ne savais plus trop à quels seins me vouer car à longueur de journée je buvais la tasse directement à leurs ronds tétons qui étaient par conséquent pour moi de vrais seins bols.

Repu je m'endormais heureux, comme un petit cochon, entre ces seins doux , charnus et chauds de telle sorte que, plus tard, je n'ai jamais compris l'expression « seins de glace » s'agissant surtout de sein Mammaire.

La tête près du bonnet, et sans faire dans la dentelle, je buvais du p'tit lait.

Ravies de me voir profiter de leurs signes extérieurs de richesse mes nourrices, au fil du temps, firent évoluer leurs délicieux contours, en fonction de mes besoins et c'est ainsi que je fis, extasié, la découverte de sein guénolé, de sein marcellin et de sein honoré.

Parfois, en période de rationnement, l'on faisait appel au sein bernard qui arrivait en sein sauveur et, en remerciements, elles priaient sein robert.

Las la venue de mes quenottes définitives mit fin à cette période de pure félicité.

En effet mes incisives , sur ces seins innocents, provoquaient une sein barthélémy et il fallait supprimer ces marques à seins pour éviter les fentes à seins et les laisser seins et saufs.

Il a donc fallu que je me sépare de ce beau monde qui avait bercé mon enfance et cela m'est toujours resté en travers de la gorge.

Mais il eût été mal sein que ces appâts lâchent et que, tout bien pesé, au bout du bout, ces tétons soient étêtés puisqu' alors l'atout seins n'aurait plus été une fête, l'esprit sein n'aurait plus conservé son aréole et partout résonnerait le toc sein annonciateur d'une plastique seinthétique.

Car, trois fois hélas, il convient effectivement de constater que les faux seins explosent littéralement un peu partout, surtout s'ils sont en forme d'obus et que la femme est un vrai canon.

Refusant en effet désormais les seins plats, les seins de travers, impropres aux travers sains, et les bas seins, d'emploi limité, et qui pointent essentiellement au chômage, la gente féminine a, malheureusement, de plus en plus recours à l'implant pour obtenir ou recouvrer des seins girons et pas uniquement dans le département de l'Ariège, croyez moi.

Dès lors beaucoup trop de prothèses ont pris place dans les décolletés transformant de jolis corps sages, qui étaient discrets et timides dans leurs habits seins, en véritables corps-nichons élevés en batteries dans la silicone vallée par des gros bonnets, vraiment gonflés et palpant un maximum, qui sont certes des as à seins du factice mais surtout de véritables assassins du mamelon traditionnel, en voie de disparition.

Mais peut être vous interrogez vous sur mes réelles intentions, peut être souhaitez vous me dire « de quoi j'mamelle ? » ou même voulez vous me remonter les bretelles ?

En fait c'est à dessein que j'ai souhaité titiller votre perplexité et votre curiosité, pour mieux vous inciter à me rejoindre dans le dernier combat de ma vie :la défense du vrai nibard.

En effet celui ci est gravement menacé.

Alors qu'il était la belle et fière représentation de la France profonde et de toujours, qu'il était la Liberté guidant le peuple, qu'il culminait glorieux et resplendissant sur le fronton de nombre de nos édifices, qu'il était la laiteuse et féconde Marianne au torse nu de nos mairies, le sein naturel se relâche, se dégonfle, tombe de haut et ne doit son salut artificiel et passager qu'à d'indignes substituts prothétiques.

Il y a donc urgence qu'il se ressaisisse , qu'il rebondisse, qu'il se redresse et se souvienne que c'est le sein d'Héra qui, en éclaboussant la Terre de quelques gouttes de son lait, a créé la Voie Lactée.

J'ai donc décidé, de monter deux associations : la première destinée à l'hexagone « SOS MES DEUX SEINS » et la seconde plus portée vers l'international « MES DEUX SEINS SANS FRONTIERES »

 J'ai fixé leur siège à Paris, au 2 boulevard Seins Germains et j'ai rédigé un projet de statuts qui, bien sûr, seront établis sous seins privés.

Ceux ci prévoiront que chaque décision sera prise à la double majorité, toute forme de ballotage étant formellement prohibée.

Un petit remontant sera proposé à chaque séance qui se tiendra sur un beau balcon spécialement aménagé duquel il sera procédé, après chaque vote, à un grand lâcher de seins multicolores : des petits et haut perchés, des ronds et potelés, des lourds et exubérants qui s'élèveront lentement comme des ballons trop longtemps captifs enfin libérés tandis que Princesse Tam Tam, accompagnant ces seins balles, fera avec eux l'Aubade jusqu'à Le Bourget ou Valisère.Ce sera assurément un vrai Triumph.

Ah je suis sens dessus dessous et les Wonderbra m'en tombent !!

Le droit d'entrée, pour un tel spectacle, sera seinplement de seins cents euros et donc à la portée de toutes les bourses.Si, contre toute attente, nous n'arrivons pas à joindre les deux bouts un grand Télététon sera organisé.

Je souhaite que beaucoup me rejoignent dans cette défense du sein graal, la survie de notre espèce et de tout le sein frusquin étant en jeu.

Si chacun y met un peu du sein la situation se redressera très vite.

Je suis d'ailleurs prêt à donner tous les cours de maintien utiles et à l'occasion desquels nous toucheront du doigt tout ce qui ne va pas, travaillerons en seinbiose et en toute seinpathie , la seinthèse se faisant en commun.

Je compte sur vous pour me contacter aussi rapidement que possible car je ne voudrais surtout pas que cette affaire soit renvoyée à la sein glin glin.Sinon plus dure sera la chute.

Je vous remercie par avance très seincèrement pour votre soutien.

 

Renaud

P.S : les trois premiers adhérents gagneront un voyage pour deux à l' Île de Sein où ils pourront admirer la danse des baleines à bosse sur le ras de la pointe et les dix suivants un magnifique soutien gorge en terre cuite, modèle 95 C, sur lequel sera gravé le splendide poème « la mort du Lou »

Ai-je besoin de vous faire un des seins ?

 

 

                                        Renaud MAUGEY le 5-06-2013

       Ce texte est protégé par la loi sur la propriété intellectuelle et ne peut faire l'objet d'une

                     reproduction ou d'une utilisation sans mon accord écrit