cimetière 2

vue du cimetière de Meymac (Corrèze)-photo de Mireille Maugey-Monteil

 

A mes chers disparus et à ceux partis sans avoir été aimés

 

 

Quand j’ai besoin de calme et aussi de silence
je vais me promener solitaire et heureux
dans le vieux cimetière aux grands chênes ombreux
entre les tombes grises aux mortes résonances

En ce lieu de repos et de dernier asile
je médite ou je prie en cheminant parmi
ces dormeurs inconnus pour un temps mes amis
dont je ressens l’écho des âmes vibratiles

Ici de vieux tombeaux entourés de bruyère
aux noms presque effacés et proches de l’oubli
n’ayant pour visiteurs au soleil établi
que des chats se chauffant sur leur dalle de pierre

Certains supportent encor pour tendres témoignages
les mots d’adieux de ceux qui se sont tant aimés
ou bien en ex-votos leurs portraits sublimés
ultimes souvenirs, éternelles images

Et là des sépultures en forme de chapelles
abritant des objets, symboles et dessins
protégés par la Vierge au sourire serein
rendant la mort moins triste et parfois irréelle

Plus loin ensevelis dans un carré de terre
envahi par les herbes et les ronces à la fois
d’anonymes défunts sous une simple croix
rappellent au passant que tout être est mystère

Mais la nature sait leur rendre un bel hommage
à ces morts délaissés aux ignorés destins
composant pour eux seuls des bouquets clandestins
d’angéliques des bois et de roses sauvages

C’est en ce lieu béni que je veux à mon heure
voir mon coeur déposé comme l’on plante un grain
la foi et l’espérance en seront le levain
faisant germer l’Amour, ma dernière demeure

 

Renaud MAUGEY le 29 octobre 2015

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur

En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle

toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes

sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite. 

Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.

Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.