étang 2

photo de Marie MAUGEY

 

 

 

Il est près de chez moi au cœur de la Corrèze

Un lieu de pur bonheur:l’étang du Merlançon.

Un collier de sapins, de hêtres et de mélèzes

Le cache et le protège en un bel unisson

 

Les sautillants ruisseaux venant de Millevaches

L’abreuvent d’une eau claire aux reflets enchanteurs

Joli méli-mélo d’aquarelles et de gouaches

Dont sa faune et sa flore accordent les couleurs

 

Du rose nymphéa au drosera orange

Du jaune des iris au petit fluteau blanc

Du vert des hautes herbes au bleu de la mésange

J’aime cet éventail qui va se dépliant

 

Oiseaux, poissons, insectes, en un joli manège

Volent, filent ou bien dansent entre le ciel et l’eau

Offrant des vocalises aux gracieux arpèges

Et des dessins mouvants dans les joncs et roseaux

 

Je vois moucheronner la lactescente ablette

Fouiller le fond de l’eau la brème et le goujon

Bondir de-ci de-là une grenouille verte

Et frétiller la truite au milieu des gardons

 

Sur un bas touradon couve une bécassine

Avec pour chaperon un fier héron cendré

Tandis que des colverts à la nage lutine

Muguettent une sarcelle au plumage azuré

 

Se balançant sans bruit sur une souple branche

Se prépare à plonger un gai martin-pêcheur

Son fulgurant départ de ce perchoir déclenche

L’envolée d’un bouvreuil et d’un pouillot siffleur

 

Par effet domino s’élancent une fauvette

Un essaim d’étourneaux, un pigeon colombin

Deux roitelets huppés, une bergeronnette

Et sous les frondaisons trois timides lapins

 

Je vois jouer au loin des loutrons et leur mère

Pendant que tourne en rond un goulu balbuzard

Son regard jaune vif fait déjà bonne chère

D’un serpent, d’un crapaud, d’un paresseux lézard

 

Lentement un chevreuil se rapproche de l’onde

Faisant fuir un renard qui s’y désaltérait

Observé en retrait par sa chevrette blonde

Avec leur jeune faon s’enivrant de son lait

 

En ce séjour secret la vie ainsi s’écoule

Je crois être une bulle au dessus d’un miroir

Qu’il est bon d’être loin du bruit et de la foule

Pour l’âme et pour le cœur l’endroit est un lavoir

 

 

Aussi quand dans le soir mille et une étincelles

Crépitent sur leurs ailes en jaune, en rouge, en bleu

La danse sur l’étang des belles demoiselles

De la beauté du monde est le magique aveu

 

 

 

 

 

Renaud MAUGEY le 31 août 2018

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.