etang 2

 

 

 

 

Le sourire de l’aube emporte mon sommeil

J’ouvre, heureux, les volets comme on commence un livre

Avec envie, espoir, le cœur plein de soleil

Le parfum des tilleuls près du vieux puits m’enivre

 

Les oisillons pépient pour célébrer le jour

Craintifs au bord du nid ils agitent leurs ailes

Guettant de leurs parents les nourriciers retours

Ces joyeux va-et-vient forment une ritournelle

 

La rosée du matin égrène un chapelet

De perles de cristal à l’intention des roses

Toilettant leurs pétales en un lent menuet

Qui déplie leurs corolles en une apothéose

 

Les blondes tourterelles et les pigeons ramiers

Vadrouillent sur le toit, céleste observatoire

Par leurs roucoulements ils m’annoncent en premier

La pluie, un visiteur et bien d’autres histoires

 

Un joli champ de fleurs entoure la maison

Que butinent à l’envi papillons et abeilles

Je pourrai récolter en fin de lunaison

Du miel de pissenlit et de salsepareille

 

En contrebas se tient un bucolique étang

Où barbotent gaiement canards, marmaronnettes

J’aime les regarder en leur ballet flottant

Faire des ronds dans l’eau tout autour des massettes

 

Plus loin dans la campagne un rythme printanier

Unit hommes et bêtes aux travaux des semailles

Avant que l’angélus au clocher familier

Ne prélude une pause aux doux bruits des sonnailles

 

Lors je vais somnoler sous les alisiers blancs

Leurs arômes sucrés, hypnogènes, m’apaisent

Je me revois enfant, écolier, à mon banc

Lorsque je rêvassais dans une parenthèse

 

Puis je m’en vais flâner sur de jolis chemins

Longeant de frais ruisseaux ou des buissons sauvages

J’écoute le bruant, l ’étourneau roselin

Le bouvreuil, le pouillot en leur divin ramage

 

En fin de baguenaude, au baiser d’Hespéris

Je reviens par les champs poudrés de pâquerettes

J’y cueille des chardons pour mon bel âne gris

Qui m’attend goulûment et me fera la fête

 

Il n’y a plus au soir qu’à dessiner la nuit

Comme l’aquarelliste aux bords de sa palette

Dépose des couleurs et que son regard luit

Des tableaux que déjà il a peints dans sa tête

 

La vie s’écoule ainsi en ce lieu de douceur

Où tous nous vénérons les lois de la nature:

Respect, humilité, patience et grandeur

Celles qui font un homme ou bien le transfigurent

 

 

 

Renaud MAUGEY le 30 octobre 2019

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.