la folie 4

 

 

 

                                                  Bien des gens me prennent pour fou

                                                  Quand je danse dans les jachères

                                                  Affublé d’un jaune boubou

                                                  En vocalisant des prières

 

                                                  En quoi n’aurais-je pas le droit

                                                  De bondir dans l’herbe jolie

                                                  Et de baller dans les sous-bois

                                                  En semant mes grains de folie?

 

                                                  Car j’ai la folie des glandeurs

                                                  J’aime la vie simple et tranquille

                                                  Et c’est auprès des arbres et fleurs

                                                  Qu’en tant que fou je trouve asile

 

                                                  Si je suis un peu déroutant

                                                  Quand je parle aux oiseaux en morse

                                                  Doit on me passer pour autant

                                                  Une camisole de force?

 

                                                  Et si je monte sur les toits

                                                  Pour propager quelques messages

                                                  Est ce que pour autant l’on doit

                                                  Me traiter d’idiot du village?

 

                                                  En ce monde normalisé

                                                  Où l’on ne veut voir qu’une tête

                                                  Ne pas être standardisé

                                                  Fait que l’on vous fuit ou rejette

 

                                                  Or la dissemblance est un cri

                                                  Face aux difficultés de vivre

                                                  Quand le cœur est un sans abri

                                                  Et que l’âme est un bateau ivre

 

                                                  L’être étrange n’est éperdu

                                                  Que pour mieux inventer le monde

                                                  Et s’il semble souvent perdu

                                                  C’est que son rêve vagabonde

 

                                                  Mais le fou a souvent raison

                                                  D’être lunaire, abstrait, fantasque

                                                  Car son mode de vie bouffon

                                                  Sert à faire tomber les masques

 

                                                  Alors laissons les anormaux

                                                  Les dérangés, les excentriques

                                                  Nous interpeller sur nos maux

                                                  Ils sont fous en toute logique

 

 

 

                                                   Renaud MAUGEY le 7 juin 2017

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.