champignon 1

champignon lactaire améthyste

 

 

                                           Quand se déploie l’automne en sa magnificence

                                           Je pars en pèlerin au cœur de la forêt

                                           Fêter les champignons aux divines nuances

                                           Cachés sous les feuillus ou des abris secrets

 

                                           Marchant de bon matin par chemins et prairies

                                           Je rencontre au hasard le coprin chevelu

                                           La pézize orangée, la jaune collybie

                                           Et la vesse de loup, petit pompon joufflu

 

                                           Tout près des premiers bois dans une clairière

                                           C’est le lent boléro du clitocybe blanc

                                           Du frais rosé des prés, du mousseron grégaire

                                           Et des petits bolets trapus et bons vivants

 

                                           Bientôt dans le fouillis des hêtres et des chênes

                                           Se tient un défilé de mode automne-hiver :

                                           Communs, originaux et hallucinogènes

                                           Paradent en rouge, en bleu, en rose et même en vert

 

                                           Je les reconnais tous:l’amanite citrine

                                           Le laccaire améthyste à l’élégant pied long

                                           Le satyre puant, la pleurote rouquine

                                           Le tricholome gris à l’odeur de savon

 

                                           Je suis fasciné par les lames violines

                                           Les rameaux corallins de la clavaire d’or

                                           Le chapeau des tubaires orné de mousseline

                                           Et le calice noir des trompettes des morts

 

                                            Mais je dois arrêter ce joli inventaire

                                            Car voici que m’épie l’oreille de Judas

                                            Jalouse que je parle aux russules et lactaires

                                            Lors je prends mon panier et reviens sur mes pas

 

                                            Je cueille en sifflotant jaunottes et coulemelles

                                            La volvaire soyeuse et le pied de mouton

                                            Le cèpe de Bordeaux, les belles chanterelles

                                            Et puis je rentre heureux le soir à la maison

 

 

 

 

                                             Renaud MAUGEY le 27 septembre 2017

 

 

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.