feuille 3

 

 

 

                                                             Comme la feuille au déclin de l’automne

                                                             Sent que l’hiver va faire sa besogne

                                                             Et se résigne à ce compte à rebours

                                                             Acceptons la fin de notre parcours

 

                                                              Sous la pluie, les tempêtes, la froidure

                                                              Fataliste elle endure ses blessures

                                                              Jusqu’ au jour où emportée par le vent

                                                              Elle s’envole inéluctablement

 

                                                              Après de belles et lentes arabesques

                                                              Elle se pose, ombre funambulesque

                                                              Puis disparaît sous l’humus fécondant

                                                              Pour devenir la feuille au bois dormant

 

                                                              Dès lors pétrie, nourrie par cette terre

                                                              Elle se ressource et se régénère

                                                              Luttant contre la mort et le néant

                                                              Pour retrouver le monde du vivant

 

                                                              Et c’est ainsi qu’au printemps sous la lune

                                                              L’on voit poindre sur les ramures brunes

                                                              Des bourgeons, symboles du renouveau

                                                              Lui ressemblant comme deux gouttes d’eau

 

                                                              Notre vie, elle aussi, est éphémère

                                                              Mais si notre corps devient poussière

                                                              C’est pour rejoindre ce terreau d’amour

                                                              Qui nous fera renaître pour toujours

 

 

 

                                                               Renaud MAUGEY le 31 janvier 2018

 

 

 

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu des articles L.122-4 et L 335-2 du code de la propriété intellectuelle 
toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes 
sans l'accord écrit de l'auteur est rigoureusement interdite.  
Quant aux illustrations certaines ont été téléchargées sur la toile.
Si leurs auteurs en font la demande elles seront retirées.